Un coaching de Dirigeante riche en émotions

Qu’est-ce qui t’a conduit à chercher un Coach ?

Nous vivions une période de bouleversement dans notre organisation, je cherchais une aide pour accompagner au mieux mes équipes. Mon Directeur Général m’a dit autour d’un café où nous partagions nos inquiétudes : « Tu pourrais aller voir un Coach, si ça te fait envie, vas-y ! », sans rien attendre de spécifique en retour.

Comment l’as-tu pris ?

J’ai vécu cette proposition comme un cadeau, une proposition que je pouvais accepter ou refuser sans que ma relation avec mon DG n’en soit affectée.

Nous partagions une bonne partie d’enjeux communs néanmoins les réponses à la plupart de ces enjeux ne pouvaient être que personnelles. Pour ma part je vivais une perte de sens, de la difficulté à prendre les décisions, une baisse de motivation.

Et ensuite, comment as-tu procédé ?

J’ai recherché sur internet des Coachs pour Dirigeants sur Lyon et j’ai pris rendez-vous avec 4 cabinets. Les trois premiers ne m’ont pas donné envie de m’engager, entre les discours convenus (on me racontait ce que j’avais envie d’entendre) et les Coachs me poussant à m’engager prématurément en sur-jouant.

Et puis je vous ai rencontré ensemble, Jérôme et Matthieu.

En quoi nous as-tu perçus comme différents des autres Coachs ?

J’ai clairement compris que j’avais affaire à une entreprise structurée. Ceci m’a rassuré, votre approche était vraiment pro. Votre présence conjointe, la description de vos pratiques ont apporté la crédibilité dont j’avais besoin.

Vous m’avez laissé le temps d’exposer ma problématique, de décrire le contexte.

Vous avez clairement compris mes attentes et m’avez proposé un format d’accompagnement adapté à la situation. Je me suis sentie en confiance et écoutée. De plus, nous étions plusieurs Dirigeants de la même structure à entrer dans la démarche de coaching et vous avez proposé que nous soyons coachés par des Coachs différents ce qui m’a donné une plus grande liberté.

Comment as-tu vécu les différentes phases de ton coaching ?

Au départ, je me suis lancée par curiosité, pas convaincue du résultat, mais en confiance avec mon Coach, Jérôme.

Je pense m’être plutôt laissé porter sur les premières séances, sans avoir véritablement conscience des problématiques majeures qu’il me fallait poser, en quelque sorte une élève appliquée, ma période de rodage.

Et puis autour de la troisième séance, à l’occasion d’un walking Coaching au parc de la tête d’Or, j’ai été amenée à clairement identifier une problématique majeure (dont découlaient de nombreuses autres). Et j’ai eu le sentiment que mon Coach serait la bonne ressource pour franchir ce palier.

Au fond, qu’est-ce que ce Coaching t’a permis ?

Mon coaching m’a permis d’arrêter de ressasser, de me poser et de réfléchir. De réfléchir notamment à ce que je peux faire et ce que je veux faire.

Je me suis autorisée à penser à moi. Je me suis interrogée sur « comment jouer efficacement ma partition dans ce nouveau contexte ? ».

J’ai progressivement levé mes réserves habituelles et accepté de centrer le travail sur moi, je me suis détachée au fond de la problématique telle que je la percevais initialement.

Qu’en reste-t-il 3 mois après ?

J’arrive plus facilement à formuler des demandes, à poser des problématiques pertinentes. J’en parle beaucoup plus librement autour de moi, dans ma sphère privée et dans ma sphère professionnelle.

J’utilise fréquemment le cube des émotions, j’ai appris le langage complexe des émotions, je sais à présent faire le tri entre la colère, le dégout, la tristesse, etc… Auparavant je ressentais une frustration diffuse, je me sentais ronchon ou pas bien, sans savoir décoder au-delà cette sensation. À présent, en mettant le bon terme derrière chaque émotion, je suis en mesure d’aller chercher le besoin à satisfaire et de formuler des demandes claires.

Et qu’en restera-t-il dans 3 ans ?

Une bien belle expérience, un moment qui a été décisif dans la prise en main de ma vie professionnelle comme de ma vie personnelle.

Un point de repère (les espaces de coaching, mon coach) auquel je me réfèrerai « au cas où » pour maintenir les nouveaux réflexes, dont les émotions, avec lesquelles je me suis familiarisée.

Que dirais-tu à quelqu’un qui se pose la question du coaching ?

Tout dépend du contexte, mais au fond, je lui dirais : « Vas voir ! Choisis bien ton Coach et tu prendras confiance en toi, tu y verras plus clair et tu prendras ta vie en main ! »

Jérôme Grandi

Président / Associé de JBM management

Nos articles en relation